Cultura / Culture/Gent d'aquì / Gens d'ici

Rescontra embé Maurice Maubert

Il a réussi l’exploit pour un niçois d’être exposé à la galerie de la Marine, sans avoir à passer par New York et Paris. Du hangar Saint Roch, en passant par les Diables Bleus et Nux Vomica : le peintre du Vieux Nice est incontournable.

Une passion pour la BD

C’est à Saint Roch que Maurice grandit. Son père est une figure locale: Charly Maubert, champion de France de moto en 1958. Charly tient une station service ; puis « Riviera Mazout », une entreprise bien connue des niçois. S’il joue chez les jeunes de l’OGC Nice, très jeune Maurice s’intéresse au dessin. A la BD plus précisément.  Après un court passage aux Arts Déco et la Villa Arson, sa première passion le pousse jusqu’à Paris où il vit pendant un an et demi. Il est présenté par Raymond Moretti a Guy Vidal qui édite les stars de la BD, le directeur de la revue Pilote l’encourage et le presente a Ribera un des dessinateurs important du journal. En 1982, il decide de revenir à Nissa.

Et Nice se transforma en Miami

Nissart ? « Pas besoin de le revendiquer, ça coule de source ! Il y a à peine 20 ans, le Vieux Nice grouillait encore de niçois, les artisans et les petits commerces locaux n’avaient pas encore été remplacés par les magasins de fringues. Malheureusement, on a tout fait pour le tourisme, Médecin a voulu transformer le littoral en Floride. La plupart des niçois ont suivi, et c’est devenu la “Côte d’Azur“. Au lieu de Barcelone ou Turin, Nice a suivi l’exemple de Miami. » Le déversement d’argent sur ce petit coin de paradis a achevé le reste. Le béton et les immeubles ont poussé à la place des févettes et des fleurs. « Dès le début du siècle, quand les Anglais et la riche bourgeoisie Française sont arrivés avec le pognon, beaucoup ont commencé à vendre la terre. C’étaient des pauvres gens, ils n’avaient jamais vu autant d’argent ! Les bouts de collines sont partis petit à petit. Et puis on a commencé à faire des casinos, les yachts ont suivis. Les commerçants ont compris l’intérêt qu’il y avait à transformer Nice en Deauville de la Méditerranée, les politiques aussi. Beaucoup d’entre nous preferent marcher sur de la moquette que sur de la terre  ». La ville fait partie de ces  endroits exceptionnellement beaux, où le climat est tempéré. «  Il fait bon, C’est beau, il fait beau … tout le monde en veut un bout, d’un côté c’est normal …».

Retour au Babazouk

Revenu à Nissa, Maurice dessine pour la Ratapinhata de Janluc Sauvaigo, et de petits journaux locaux . Ensuite, «  J’ai arrêté la BD, je ne pouvais pas imaginer rester 8 mois à dessiner derrière une table pour faire un album. J’avais envie de peindre ». A peine a t-il commencé qu’il se décide à la fin des années 80 de partir pour un long voyage. Un an et demi, de la Chine à l’Inde en passant par le Tibet, le Népal etc. « Quand je suis rentré, j’avais envie de partager ce que j’avais en tête, c’est là que j’ai vraiment commencé la peinture.  Et pour peindre, il faut oublier le dessin ! ». Il est formé par Pierre Gousserey, Pierrot la Valise. « Un ami et peintre qui m’a appris les fondamentaux. «  Il m’a enseigné les bases picturales, il a pietiné mon ego et m’a fait gagner 30 ans ! ». Sa première exposition, sauvage, est un coup d’éclat. Sur les fenêtres de la Bourse du Travail (ancien Palais communal du Comté), Place Saint François,  il dispose une série de 12 toiles que les passants observent depuis la place qui abrite chaque jour le marché aux poissons. Peu de temps après il retrouve Louis Pastorelli. « Nos deux pères étaient “frères“ ». Pasto revient du Brésil, « Le milieu de l’art contemporain nous fatiguait tous les deux, on voulait faire autre chose mais en tant que niçois, c’était loin d’être facile ! ». Ils se lancent dans l’affichage sauvage d’œuvres éphémères et décident d’occuper le hangar à bus (désaffecté) Saint Roch. Dans cet endroit naissent le Carnaval Indépendant, les premiers concerts à Nice de Massilia Sound System, les Fabulous Troubadours. « Ca a été 3, 4 ans d’une belle aventure. » Pasto monte Nux Vomica musique « Au début, je projetais des œuvres, des peintures pendant les concerts avant de les rejoindre et de commencer à chanter ». Les fans de Nux ne peuvent oublier le timbre particulier de Maubert ! Après avoir participé à « Nissa Pantaï », une fresque historique qui réunit Nux Vomica, Cairaschi, Dotti etc. il fait naturellement partie des pionniers des « Diables Bleus » et de « La Brèche », hauts lieux de la contre-culture niçoise au début des années 2000. En 2007, il décide de se consacrer entièrement à la peinture.

Un nissart « marin »

En 2008, c’est la reconnaissance par la Ville. Sans être passé ni par Paris, encore moins par New York il expose 4 mois à la galerie de la Marine sur les Ponchettes. L’exposition s’intitule « La Santa Manza, Lo Passatgin Enigmàtico ». Elle touche les visiteurs, porte un message : « Je voulais parler de Nice et d’ouverture, notamment sur la Méditerranée. Lou pouòrt es una pouòrtà ! (Le port est une porte). Dès que tu passes la digue, tu pourrais aller n’importe où. La mer ouvre l’imaginaire.» Un « artiste libre » ? « artiste , est un mot qui ne veut plus rien dire. Je suis peintre, sculpteur , dessinateur …  ». La cultura nissarda ancueil ?  « Il y a quelque chose de positif dans l’air, des jeunes s’en emparent sans être fermés sur eux mêmes, c’est une bonne dynamique. De plus en plus de personnes semblent prendre en compte la culture nissarda pour ce qu’elle est vraiment. Mais il faut continuer sur le chemin de la création, apporter un état d’esprit créatif et ouvert tout simplement ! ».

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s