Crònica / Chronique/Lenga nissarda / Langue niçoise

Crònica d’una Nissarda en Belgica: manièra de dire.

                  Hélène es una jouve estudianta Nissarda en journalisme esilada à Liège. Cada semana nen parla dei siéu esperiença de l’autre coustà d’Europa.

                  Ancuèi, si trata de la lenga e dei espressioun idiomàtiqui. Bouòna!

Siéu aribada a Lîdje vuech més fa e m’aretrouvi toujou en aqueli situacioun doun li capissi ren quoura li gent mi parlon. Mi senti couma una tourista que vendrìa à Nissa e que noun capisserìa « m’en bati » o « bastian countrari ».

Imaginas un Belge à Nissa qu’audirìa que « ça pègue » ! Capisserìa pas.

Aloura, per vousautre, quauqui especificità linguistiqui dau pais liégeois:

 Avertimen general : degun di « une fois » a la fin de li sieu frasa ! Es una legenda.

Coumenci facile : un bescutin es un bonbon e un bonbon es un chique. Perqué faire simple quoura es poussible de faire coumplicat !

Lou verbe saupre es mai usat que lou verbe poudé : dirìon pas « poudes durbì la fenestra ? » ma « sabes durbì la fenestra ? » … no comment.

Un telefone camalable es un GSM.

S’il vous plaît/s’il te plaît es propi impourtant en Belgica. Noun siguès estounat se la vendairis vi di « s’il vous plaît » quoura rende la mouneda. Idem, quoura un amic vi tende una bièra, dirà s’il te plaît, e, perqué siès poulit, aurès plus qu’a dire « sies brave l’ome »/« mercì » !

Per dire « chau ! » dihon « à tantôt ! ». E tantôt es meme usat per dire toutara, e lou plaçoun à la fin de la frasa : ai pagat lou pan tantôt.

Li gent aqui dihon toujou « ça va », ma noun es toujou una questioun. Es un pau coumplicat. Perqué poudès l’usà en touplen de situacioun  (troù per ieu), a la fin d’ esquasi cada frasa, plaçon « ça va ». Esemple : « ai durbit la fenestra, ça va ? » E l’autre respouònde « ça va ». Poudès faire plus coumplicat e dire : « ai durbit la fenestra tantôt, ça va ? ». Siès esquasi un ver Liégeois !

Un frisoulin es una crolle, aloura per estensioun, de berri blouclat soun de berri crollés.

« Noun ti faire de bila » deven « tracasse ! », doù verbou tracasser.

Lou famous « petan ! » si trasfourma en « oufti ! » (e trovi qu’es  drole à dire e à audì).

Enfin, e seguramen lou mai impourtant per ieu, per coumanda un demi, cau just anà a la beguda, levà lou pichoun det, e lou servur capisse ! Noun es magic, es la Belgica !

Una pichina reclama en video que repilha aqueli especificità:

Hélène Molinari

lou blog (en francès) d’Hélène: http://tuttefrut.over-blog.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s