Non classé

Le brigandage dans le Comté de Nice

Dans l’imaginaire collectif, les brigands sont perçus comme des héros populaires, tels Robin des Bois, Cartouche ou Mandrin.

« En effet, la littérature à créé, essentiellement à partir du Xviiie siècle, ce mythe du brigand-héros, protégeant les plus pauvres et luttant contre les injustices, s’inspirant de personnages réels ou fictifs.
En revanche, quels que soient la période ou le pays, les pouvoirs publics ne partagent pas cette vision positive du brigandage.

Ils estiment qu’il constitue une menace pour les personnes et la circulation des marchandises, ou même une cause instabilité politique, comme sous la Révolution.
C’est pour cela que le brigandage a toujours été considéré comme l’un des crimes les plus graves, méritant de ce fait des peines extrêmement sévères, généralement la peine de mort.

Néanmoins, entre une littérature louant les vertus des brigands et une législation des plus exemplaires, la réalité de ce crime ne correspond à aucun de ces deux points de vue, principalement dans le pays niçois et la Provence orientale des Xviiie et Xixe siècles.

Pourtant, ce territoire est propice au développement du brigandage.
L’extrême pauvreté de la population peut pousser certaines personnes au crime.
Les zones montagneuses permettent aux brigands de dresser facilement des embuscades aux passants et constituent, dans le même temps, des cachettes difficilement accessibles aux forces de l’ordre, sans compter que les frontières proches leur permettent de s’enfuir et de se soustraire aux autorités, policières et judiciaires.

Enfin, les changements de régime durant les Xviiie et Xixe siècles constituent des périodes d’instabilité politique qui favorisent la criminalité.

Néanmoins, malgré tous ces facteurs favorables au brigandage, on rencontre rarement de grandes bandes professionnelles, comme celles de Cartouche ou Mandrin.
Nous sommes en présence d’hommes pauvres, devenant des criminels lorsque des opportunités se présentent à eux et volant leurs propres voisins, aussi pauvres qu’eux.
Il s’agit d’une petite criminalité, opérant occasionnellement et destinée plus à survivre qu’à s’enrichir.

De ce fait, les juges du pays niçois et de la Provence orientale, chargés de la répression d’actes de brigandage, vols sur grand chemin, pillages et rançonnements, se trouvent confrontés à une difficulté majeure.
Ils doivent prononcer des peines sévères et exemplaires à l’encontre de ces brigands alors que ceux-ci n’ont volé que quelques effets, de la nourriture ou de menues sommes d’argent.

C’est pour cette raison que ces juges essaient, lorsque cela leur est possible, de prononcer une condamnation qui, tout en respectant les peines édictées, prenne en compte cette réalité. »

ASSOCIATION SAUVEGARDE DU PATRIMOINE ÉCRIT

Espace Associations Nice Garibaldi 12 ter place Garibaldi 06300 Nice 06-07-48-44-10 

La Présidente Docteur Colette BOURRIER-REYNAUD et le conseil d’administration seraient heureux de voir honorée de votre présence la conférence illustrée suivie de signature, de Madame Patricia PRENANT, docteur en droit

La Bourse ou la vie, le brigandage dans le pays niçois et en Provence orientale” 

Samedi 17 décembre 2011 à 15h00

Espace associations 12 ter Place Garibaldi 06300 Nice

Le bon de commande est à imprimé ici : >>>> ASPEAM Bourse ou la vie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s